SANTIAGO TORRES

Capture d’écran (139)

Exposition Surface Sensible / du 3 au 10 Oct / Palais Abdellia

Composition Color v°3.4

SANTIAGO TORRES (VE)

Santiago Torres est un artiste de l’art cybernétique. Né à Paris, il grandit au Vénézuela et en Colombie. Héritier d’un esprit de création et de recherche par son père, lui même artiste, il entame sa carrière à l’âge de 14 ans, avec une première exposition « Dioses » à la Yellow‐Galerie au Vénézuela (2000). Il évolue dans le milieu artistique vénézuélien en participant à différentes expositions personnelles et collectives, jusqu’à son retour à Paris, en 2005, moment où il fait la connaissance d’artistes de l’art cinétique – Julio le Parc, mais surtout cybernétique : Nicolas Schöffer à travers Éléonore Schöffer. En 2006, il intègre la Fondation de Nicolas Schöffer, dont il devient le protégé.

Admirateur de Malevitch, père de l’abstraction absolue, il est profondément ému par la pureté du « Carré noir sur fond blanc » de l’artiste russe. Dès lors, il s’interroge sur l’impact que ce tableau peut avoir sur celui qui le regarde. Si, comme lui, le spectateur aimerait pouvoir déplacer la forme géométrique, la modifier selon sa propre volonté, d’un simple geste de la main, afin qu’elle engendre un mouvement, celui de la vie. De là naissent ses interrogations sur l’interactivité dans l’art. Sur le rôle du public. Il commence ses recherches sur les mécanismes de perception et d’interaction entre le spectateur et l’œuvre. Autodidacte, il met ses compétences en programmation et en électronique au service de sa recherche artistique. La dimension du mouvement l’inspire et le nourrit. Tout comme les artistes cinétiques Soto, Cruz Diez ou Yaacov Agam. Santiago veut alors offrir un voyage multidimensionnel au spectateur qui deviendrait un acteur créatif et non plus un spectateur passif.

Il participe à la journée « Portes ouvertes » des ateliers de Montreuil en 2006, et en 2008, il est présenté  dans l’exposition « Carré Noir sur Fond Blanc Craqué » à la galerie Marino. 2010 et 2011, il expose sur le stand de la galerie Denise René à la FIAC et à Art Basel.
En 2014, l’artiste participe à un projet créatif de l’association Arts dans la Cité, qui devient sa résidence artistique. Ses recherches sur la lumière l’ont emmené dans les hôpitaux pour enfants. L’utilisation de couleurs chaudes et vives ainsi que de la lumière sont le résultat de ses recherches sur l’interactivité.
Il expose également à la « Création Innovation » au musée des Arts et Métiers. Intervient en architecture avec le mouvement Kinect et participe à l’exposition BitForms de la plataform proyect. Il est représenté par la Galerie Denise René à Paris.

– Composition Color v°3.4 –
Installation vidéo interactive

Pour Santiago Torres, le mot « art » est la pure traduction de l’idée de liberté, de créativité, de réflexions et de ruptures de barrières de l’image fixe. Il veut ouvrir un champ nouveau, ludique et toujours interactif. Éléonore Schöffer écrit que l’œuvre de Santiago Torres « n’est pas figée mais offerte au dialogue esthétique et sensible de celui qui, en osant, rejoint l’esprit du Créateur ». Ainsi, l’artiste crée la création. Ses cinq « Construccion color » et les 12 « Rotacion » témoignent de cette esthétique libérée.