Robot Koch

Robot Koch – “Death Star Droid”
Membre clé du trio allemand Jahcoozi aux côtés de Sasha Perera et Baba Massive, Robot Koch avait en 2009 participé à pas mal de projets, du Namedropper EP (batty bass) de Jahcoozi à Robot Koch vs Cerebral Vortex (Aftershocks EP). Le producteur berlinois continue sa lancée electro-satinée de jazz et dub avec un premier album, Death Star Droid. Une belle rasade de basses et de glitches, son premier album solo qui s’intègre logiquement dans une grosse actualité électronica. En effet, après les opus de Kelpe, Mikkel Meyer ou Hudson Mohawke, Robot Koch vient compléter la palette avec son mélange de hip hop et de dubstep polyvalent. Il s’agit de s’engouffrer dans la jungle électronique pour y tracer des chemins de traverse à grands coups de machette, avec l’espoir de découvrir quelque trésor d’émotion que les architectes de Warp auront oublié de déterrer. Pour cela, le Berlinois n’hésite pas à recourir à tous les artifices que les machines offrent à sa disposition. Qu’il opte pour des titres aux sonorités tranchantes ou qu’il arrondisse les angles, les pièces du puzzle se rassemblent. Taillant le coton electronica pour ne garder que des tiges sèches, il regonfle le tout de basses des plus chaudes. Après l’exercice de la mixtape (avec Flying Lotus récemment), cette ode à la science du beat, Robot Koch revient en février avec un EP avec des remixes de Death Star Droid par fLAKO, Blue Daisy, Shlohmo, Body language et Phon.o.