Radiomentale

RADIOMENTALE & PIERRE LA POLICE TRAUMAVISION

«Traumavision» (le disque)

Il s’agit ici d’une collaboration entre l’artiste et dessinateur Pierre La Police et le duo de DJs et d’artistes sonores, Radiomentale, qui signent ensemble un album entièrement composé de dialogues de films, de fragments de bandes originales et de pièces électroniques. Au sein de ce gigantesque montage en forme d’hommage au «cinéma bis», Pierre La Police a sélectionné tous les dialogues de films, que le duo de DJs s’est chargé de monter et de mettre en forme.

Enfin, côté musique, on y trouve des fragments de titres signés Biosphere, Cosmo Vitelli, Howie B ou de musique contemporaine, qui ont été entièrement édités pour servir de substrat sonore au montage. À l’origine, cette bande-son était destinée à accompagner l’exposition éponyme de Pierre La Police, présentée à Paris chez agnès b., à Hong Kong et Tokyo.

Collaborations

C’est sur la base de leurs intérêts communs pour le cinéma, les séries B ou Z…que s’est naturellement opérée la rencontre entre RadioMentale et Pierre La Police. Un texte à l’intérieur du livret précise cette collaboration.

Également, depuis le début des années 90, RadioMentale et PPT (Stembogen) ont des parcours proches, qui se sont souvent croisés, concernant la vidéo, la musique électronique, l’édition…

La pièce sonore de RadioMentale & Pierre La Police s’inscrit parfaitement dans la collectiondu label Stembogen en lien au cinéma «Movies in Your Head». L’objet Dans la logique des productions du label une attention particulière a été portée sur la réalisation de l’objet. Pierre La Police a fourni les images : dessins de la pochette et de la 1ère page du livret issus de la série Traumavision+ montage de photogrammes de films dans le livret. Un texte de Jean-Yves Leloup complète l’ensemble.

TRAUMAVISION, LE DISQUE

Traumavision est un gigantesque collage cinématographique, composé exclusivement de dialogues extraits de films de séries B, de séries Z et de classiques d’un cinéma de genre souvent méprisé par l’histoire du cinéma. Catcheur mexicain («Santo»), super-héros italien («Flashman»), cannibales, zombies, monstres en tout genre (Godzilla), savants fous, robots menaçants et autres personnages de bidasses issus de comédies érotiques italiennes des années 70 se mélangent et dialoguent entre eux, créant une bande-son irréelle et absurde. Un esprit qui n’est pas sans rappeler le projet Grindhouse de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez…

Le collage est soutenu, ponctué ou magnifié par des éléments musicaux ambiants ou parfois rythmiques, favorisant ainsi une entrée immersive dans cet univers étrange et loufoque.

Cette bande son prend une nouvelle dimension en écoute attentive, intime, dans le noir… une certaine narration improbable surgissant au fur et à mesure, notre imaginaire singulièrement stimulé (et se rapproche en cela de la création radiophonique, genre dans lequel RadioMentale s’est aussi illustré).