Norscq

lu dans ..


Review in the Current Issue: #311 | January 2010

.. est un film apparemment issu du cinéma Américain des années 50 ou 60, il a été découvert par Norscq dans un grenier d’une petite ville bretonne en 2008. Bien qu’au cours des décennies, les images se soient érodées, « Gelatinosa Substancia » possède une bande-son impeccable acclamée comme ‘pionnière et essentielle’, si loin des musiques électroniques qu’expérimentaient les cinéastes de l’époque. La musique, que Norscq a récupérée et traitée trame par trame de manière experte, était composée et conçue afin de transcender l’aspect dramatique, excitation et émotion qui auraient été normalement transmis par la voix des acteurs. La composition musicale nous emmène dans un voyage avec force et grande physicalité et très souvent prend la place des dialogues.
« Gelatinosa Substancia » se révèle être une étrange curiosité. Tout d’abord, on ressent le son comme s’il avait été enregistré sur une période de plus de 50 ans. La qualité et la précision de l’enregistrement évoluent et fluctuent sans cesse, s’améliorant probablement au fur et à mesure de l’arrivée progressive des nouvelles techniques d’enregistrement. On a la sensation cependant que les musiciens restent les mêmes en dépit des changements radicaux de la qualité des enregistrements. « Ils joueront pendant qu’ils se déplacent qu’ils soient sur un manège ou sur un bateau » remarque-t’on dans un des journaux du metteur en scène. « De ce fait, la musique créera la sensation d’un voyage, sensation que nous sommes effectivement en mouvement, même si le rythme est lent et au plus bas et si les bourdons nous laissent en apesanteur … le public atteindra des situations inconnues, hors des étoiles tout en regardant le film ».
Robert Scott © 2009.

Norscq  « Gelatinosa Substancia » (Optical Sound)

Un commentaire