Laurel Halo

Laurel Halo « Quarantine » (Hyperdub)

Mauvais sommeil cette nuit, traversé de part en part par une présence incertaine.
Le ciel est gris, le décor n’est pas inconnu pourtant.. une sensation étrange, de brouillard.
Laurel Halo ficelle ses sonorités dans des formats pop à la sensibilité accrue, entre échos de musique contemporaine et synthpop.

Sa musique, ample et très souvent sans rythmique, bouillonne, bourdonne dans un équilibre fragile entre Laurie Anderson et Leila, Agf et Niobe. Un univers de pluie lumineuse, de noirceur envoûtante, de jeux de lumière et de reflets d’eaux stagnantes. Un disque à la fois neigeux et sanguin (pochette de Makoto Aida), exigeant et évident. Le soleil se projète pourtant, impose des percées dans ce décor brumeux, marquant profondément les paysages traversés par le disque. Une suite de visions sonores élégantes et étranges, comme autant de fantômes, de sensations ou de souvenir. Avec, au centre de la nébuleuse, la voix insaisissable.

Trouver la beauté dans l’incertitude, la confiance dans l’étreinte de l’inconnu. Pour s’octroyer une promenade aux confins des sensations les plus tangibles et des certitudes.