Laika

LAIKA
« Lost in Space » (Too Pure /Beggars Banquet)

Il faut s’arrêter sur cette compilation de Laika. Ne pas hésiter à monter le son et redécouvrir cette électrodub-pop fragmentée, ouverte et éclatée. Troquant les guitares pour des samplers,
John Frenett, Guy Fixsen et la chanteuse multi-instrumentiste Margaret Murphy Fiedler (également ancienne collaboratrice d’Ultra Vivid Scene) désertent Moonshake pour former Laika en 93. Mais la musique restait identique : nerveuse. Sous l’emprise d’une rythmique dub et speedée, Laika jouait au géomètre sur bandes, déroutait, envoûtait, hypnotisait, inventant une musique au service des phénomènes lumineux filmés caméra à l’épaule. Eléments invisibles, scintillements sonores et flashs étourdissants, la voix de Marget apparaissait alors comme un phare dans les méandres de ces compositions hybrides aux éclats captivants. Puis plus rien. Voilà trois ans que nous n’avions plus de nouvelle, trois ans où patiemment ils ont attendu leur heure. Celle-ci, aujourd’hui, sonne à nouveau le temps des conquêtes terrestres car cette rétrospective confirme les ouï-dire : « ils ont marché sur la Lune ».

Un commentaire