Kelpe… écoute

Derrière Kelpe… Kel Mckeown, 28 ans, localisé à Loughborough en Angleterre. Un nom à conserver dans un petit coin de votre tête, si ce n’est pas déjà fait. Après quelques jeunes tentatives avec ses amis, dans de faux groupes de rap, Kel voue toute son adolescence au squateboard avant de décider de s’intéresser aux boucles et samples glissant sur les écailles des poissons volants répondant au nom de Clark, Lithops, Fourtet. Lors de sa dernière pro- duction, on se lovait dans un espace baignant dans une lumière blanche et puissante entre revival downtempo electronica et funky–tude hip-hop, gonflé des remixs de Zombie Zombie, The Oscillator, The Boats… «Microscope Contents», amuse gueule avant l’album, donne le sourire. L’effet est immé-

diat également à l’écoute de l’album. Les douze morceaux de Cambio Wechsel nous baladent sur des chemins de traverse, main dans la main avec Fourtet, le combo rennais Depth Affect ou l’insaisissable Clark.C’est à lui que l’on pense inévitablement à l’écoute de «Closed Cup Headroom», mélodie infectée par des samples de jazz morcelés et des beats tapageurs. Conservant un aspect éminem- ment ludique dans les sonorités et dans la structure des morceaux, Kel se révèle comme un Daedelus projeté dans un feuilleton de science-fiction vintage en compagnie de Mr Oizo. Jamais avare de ruptures ni d’inventions sonores, et définitivement ennemi de la linéarité, il ne se contente donc pas de suivre sagement le mouvement et a même remis de l’huile sur le feu avec des tentatives de fusion post-jazz. L’histoire raconte que le jeune homme fait sa musique de nuit, en solitaire dans son antre du Nord de Londres, équipé d’un seul portable, d’un lecteur mini-disc et d’un microphone. Il se dit fasciné par les mondes invisibles et en particulier par ceux que l’on recèle en nous. Les «crisp glitched-up beats» griffonneraient alors avec malice la bande son d’une journée miniature de ces petites «bestioles»… globules, bactéries, amibes, virus… Et pourtant, au final la musique de Kelpe scintille et nous offre un panorama de Londres à Vienne. Les loops hip-hop s’accommodent d’un riff d’une guitare acoustique, les collages electronica chahutent une basse dubstep. Breakbeat lunaire et ambiances cinématographiques campagnardes, voilà un univers bien personnel possédant une réelle identité et une unité de son malgré la variété des espaces visités et un groove implacable en premier lieu…

KELPE « CAMBIO WECHSEL » (DC Recordings)

Un commentaire