Francisco Lopez

Francisco Lopez – Köllt / Kulu
CD + DVD Störung str007
www.storung.com
www.franciscolopez.net

Köllt / Kulu: la puissance du son

Sur sa dernière publication Francisco López présente deux pièces, « Köllt » et « Kulu ». Chacun contient une œuvre audiovisuelle et une version audio. Dans ce travail, l’artiste a brouillé les frontières entre les enregistrements sur le terrain et sons synthétiques via des manipulations sonores habile.

Köllt / Kulu n’est donc que vaguement basé sur des enregistrements de terrain. Il s’agit d’une composition complexe et les sons contenus ont été manipulés de telle manière, qu’ils ont acquis une vierge de qualité étrange. Même dans les fragments les plus lourds, où les insectes flottant et la machinerie lourde se fondre dans un seul et même grand bruit, les sons semblent claire et précise, tout en gardant aussi un personnage étrange et obscure.

Dans la version de l’audiovisuel « Köllt », qui semble être une correspondance entre les images affichées de l’activité de fourmis et les sons frénétiques que nous entendons, il n’est jamais clairement ce que ces sons sont réellement.

Les enregistrements sur le terrain utilisés ici ont été modifiées de telle sorte qu’ils sont à peine reconnaissables, ce qui empêche toute tentative d’établir une correspondance entre les, diversifié et à évolution lente percussion trame sonore complexe et la vie de fourmi affichés dans les images. Mais, même si les sons ne sont plus identifiables et ont acquis un caractère obscur, ils sont étonnamment plus efficaces que les premières enregistrements sur le terrain sans modification dans la transmission de l’intensité, l’abondance et la luxuriance écrasante de la vie que l’on voit dans les visuels.

La version audio de «Köllt » présente la composition complexe la plupart de ces quatre pièces. Avec une maîtrise impressionnante de la manipulation sonore López crée de puissants métal liés à des séquences de percussion qui perdent leur dureté inattendue et acquérir un caractère calme et apaisant. Comme dans la version de l’audiovisuel « Köllt » la composition exprime ici un développement organique. Un développement exprimés par glissement des couches sonores, qui ralentissent, le changement et sont rejeected dans la séquence à venir, juste pour se décomposer à nouveau dans ses éléments changeants, et dissout dans le silence. À partir de sons silence sont nés de nouveau pour voir une autre possibilité, une autre façon dans laquelle la vie peut s’exprimer.

« Kulu » est aussi intense, bien plus doux, et se compose, dans l’audio et la version de l’audiovisuel, d’une succession de courtes séquences séparées par de longs silences, où chaque séquence est une variation de la séquence précédente. La version audio commence avec un enregistrement sur le terrain suivie d’une jungle, mais en plus manipulées séquence similaire qui à son tour est également manipulés, exprimant tout à fait un processus évolutif, la manière dont les sons se déploient. Le nom de cette pièce est donc approprié – « Kulu » est un terme autochtone australien qui signifie «graine» -, parce qu’elle est faite de petits fragments, graines saines, qui se développent par un processus évolutif dans une diversité de sons inattendus.

Vie imprègne Köllt / Kulu, non comme un concept, mais comme une expérience. Vie et mort, son et silence, semblent ici en jeu une telle façon qu’ils nous montrent l’impossibilité de saisir la vie sur le plan conceptuel. D’une certaine manière ce travail devient une démonstration de notre incapacité de saisir la vie à travers les mots. La vie, comme les sons, est ce qu’il est, indépendamment de nos jugements et les raisonnements de ce qu’elle devrait être ou ce que nous pensons qu’il est et précisément, lorsque nous reconnaissons ce fait, nous nous ouvrir à l’expérience ce qu’est la vie, nous pouvons sentir l’ intensité des forces de la vie qui nous entourent et l’intensité des sons. Ainsi, cet ouvrage est une nouvelle étape et devient une porte ouverte sur l’expérience d’un contact sans intermédiaire entre le son et l’auditeur. Ou, devrions-nous dire, il permet l’expérience de la dissolution de nous-mêmes dans un monde de sons.

S’éloignant de la représentation, de l’identification des sources sonores, et l’élaboration d’une composition qui est à proximité d’un développement organique de sons eux-mêmes, López a créé un univers sonore qui lui est propre. Un monde où les sons d’acquérir toute leur intensité, de force et de puissance, et de devenir tout ce qu’il ya.

Texte de S. Porrúa