El fog … écoute

Ce Japonais exilé à Berlin pratique l’électronica vaporeuse et l’ambient minimaliste. Cet album est articulé sur la pratique et les capacités sonores du vibraphone. Clavier pourvue de lames de métal et de tubes de résonance, voilà un hommage numérique plongeant l’instrument dans un écrin digital et délicat.

El Fog crée des climats aériens entre jazz, downtempo, dub digital et électronica minimale. Beats secs, syncopés et hésitants dans des textures parasites enregistrés entre le silence de la nuit et à la fleur de l’aube.. Les éléments  se rassemblent dans une riche mosaïque de clics, des coupures, des sifflements et de la mélodie masquée. Dotée d’un battement de coeur à peine perceptible,  ‘Waterfall « est une délicieuse introduction à l’esthétique Fog El, comme un clavier d’une simplicité trompeuse devient immergée par un jeu de batterie jazz. Ensuite, « Maerz » propulse l’auditeur dans une marée de résonances dub craquelées. Meurtris avec une maille de bleep, se répercutent lentement les envies numériques, une tendresse glaciaire, des paysages urbains sombres et le charme de minuit. Il pleut toujours une petite bruine chez El Fog, mais il vous promet un chocolat chaud en arrivant au studio.

El Fog « Rebuilding Vibes » (flaü/mochi mochi)

Un commentaire